Mais c'est ainsi, les images récentes de ce Chef d'escadron de la Gendarmerie nationale faisant un usage inapproprié de son aérosol lacrymogène me choquent profondément. C'est probablement parce que je respecte profondément le travail des policiers et des gendarmes que cela me choque.

En effet, je suis républicain et respecte la Déclaration des droits de l'Homme et du citoyen. Son article 12 institue l'idée de force publique :"La garantie des droits de l’Homme et du Citoyen nécessite une force publique : cette force est donc instituée pour l’avantage de tous, et non pour l’utilité particulière de ceux auxquels elle est confiée". C'est pour cela que la seule violence qui est légitime dans notre Etat républicain (avec la légitime défense), est la violence légale exercée par les agents de force de l'ordre ayant reçu un mandat pour cela et dans les limites instituées par la Loi.

La force publique a bien pour objet de protéger le citoyen. Or, lorsque c'est l'agent de la force publique qui fait un usage disproportionné et donc illégitime de la force, le citoyen est dans une situation incompatible avec le plein exercice de ses droits fondamentaux. On ne peut légalement arguer la légitime défense à l'égard des forces de l'ordre. Il n'y a donc pas d'issue pour le citoyen victime des forces de l'ordre.

Le métier d'agent de la force publique est loin d'être évident, et il n'est pas question pour moi généraliser mes propos à l'ensemble de ces hommes et femmes en uniforme.

Les bavures doivent être reconnues comme telles et sévèrement punies. Rien ne justifie, et surtout pas la nécessité de sécurité, qu'elles soient couvertes et minimisées.